Copenhague-Table-01

Les étapes de la réalisation d’un mémoire

By Weuss | Mémoire | No Comments

6

Le temps bien ménagé est beaucoup plus long

que n’imaginent ceux qui ne savent guère que le perdre.

Fontenelle

6.1. SENS ET LIMITES DE CE MODÈLE

D’une manière générale, la réalisation d’un mémoire se déroule sur une longue durée. Souvent aussi, pour diverses raisons, cette période n’est pas continue ; des interruptions lourdes viennent « ponctuer » le travail (semaines intensives de cours, préparation d’examens, activités salariées, service militaire, etc.). C’est la réalité, il faut la prendre en considération.

Cette discontinuité implique que l’auteur ait une bonne vision d’ensemble de la démarche qu’il conduit et des diverses étapes qu’il est appelé à franchir. Cependant, les formes de mémoires étant très diverses, il est fort mal aisé de définir une suite d’étapes qui seraient pertinentes pour chacune d’elle. On observera des différences dans la séquence de ces étapes et, surtout, dans la durée de chacune d’entre elles. Reste qu’il faut planifier, agir et corriger la planification. Ce chapitre vous est donc proposé à titre purement indicatif. Autrement dit, dans beaucoup de mémoires, on peut repérer les étapes que je vais évoquer et construire une planification sur la base du modèle retenu ici, après d’éventuelles adaptations.

6.2. LES DIFFÉRENTES ÉTAPES

J’ai choisi d’en distinguer onze et de les présenter avec un bref commentaire. Je vous suggère d’en prendre connaissance et d’apprécier dans quelle mesure elles peuvent correspondre à votre propre projet. Le cas échéant, vous pourrez les modifier et les compléter en vue de les adapter aux spécificités de votre démarche.

  1. a) lère étape : l’émergence de l’idée. On ne sait jamais très bien ni quand elle commence, ni sous quelle forme elle se déroule. Il faut cependant qu’elle ait une fin, afin que la réalisation puisse commencer. Il est fécond d’hésiter, mais pas trop longtemps.
  2. b) 2ème étape : la recherche d’informations et les premières lectures. Une idée seule ne suffit pas, il convient d’emblée de passer à la mise en œuvre. Celle-ci commence par une recherche d’informations avec la consultation de quelques personnes compétentes, ainsi que par une série de lectures exploratoires.
  3. c) 3ème étape : l’énoncé systématique de l’objet. C’est un moment important ; il consiste à exprimer en une dizaine de lignes ou plus et avec beaucoup de précision l’objet que vous allez analyser. Il est opportun de connaître clairement les contours de votre champ d’investigation. Évidemment, ce texte pourra être modifié. Il sera pour vous à la fois un guide pour votre recherche et une base de discussion pour vos entretiens avec vos informateurs. À ce stade, l’imprécision peut conduire à de pénibles détours. (J’insiste, c’est un moment déterminant, si vous hésitez, faites-vous conseiller !)
  4. d) 4ème étape : l’application d’un test de vérification. Le document dans lequel vous procédez à un énoncé systématique de l’objet vous permettra d’appliquer le test de « praticabilité » qui a été présenté de manière détaillée au chapitre 4.
  5. e) 5ème étape : choix définitif de l’objet et lectures complémentaires. L’application du test vous permet de préciser, voire de modifier votre objet d’étude. Surtout, il vous met en situation de décider de le traiter ; en quelque sorte de prendre un engagement. Immédiatement, vous pourrez effectuer un certain nombre de lectures complémentaires pour éclairer les diverses dimensions que vous avez mises en évidence.
  6. f) 6ème étape : l’élaboration d’un plan opérationnel détaillé. Sans trop attendre, il conviendra de réaliser ce plan opérationnel détaillé qui est un véritable guide pour votre activité (il est présenté au chapitre 15).
  7. g) 7ème étape : la réalisation des tâches prévues dans ce plan. De multiples activités vous attendent ; cette démarche est longue, c’est une partie essentielle de votre travail.
  8. h) 8ème étape : un bilan intermédiaire. Lorsque vous estimez être parvenu à la mi-temps de votre étude, je vous suggère une pause programmée. En effet, subrepticement, des déviations peuvent se produire, des chapitres s’enflent, d’autres se révèlent irréalisables ou partiellement inutiles. Des réorientations s’imposent dans la planification, parfois dans le contenu ; le plan opérationnel peut exiger des modifications. Pour cette relecture détaillée, une journée de travail n’est pas de trop. Et consultez votre directeur de mémoire.
  9. i) 9ème étape : l’élaboration d’un plan de rédaction. Le terme approche. Ce plan est présenté au chapitre 15.
  10. j) l0ème étape : la rédaction. Les activités de rédaction doivent être précédées d’une longue et attentive relecture de votre texte. Pour éviter des déviations et des répétitions, il est opportun de rafraîchir votre mémoire sur l’essentiel des travaux que vous avez déjà réalisés.
  11. k) 11ème étape : la mise au point du manuscrit et la diffusion. Sur ces sujets, voir les chapitres 22 et 23. Attention, ces activités peuvent être longues.

1           Une suggestion

Relisez ce chapitre après avoir pris connaissance du chapitre 15, intitulé « Plan et plans ». Pourquoi ? À propos de trop nombreux mémoires, il m’a été donné d’entendre les commentaires suivants : « Manque d’unité », « Pas de fil conducteur », « Un collage de chapitres disparates », « Pas de lien entre la problématique théorique et l’analyse empirique », etc. Bien sûr, des précautions techniques ne suffisent pas à éviter ces écueils, mais elles peuvent y aider grandement.

 


Leave a Comment